Les télétravailleurs se répartissent en deux camps. Certains s'affalent sur le canapé à regarder des feuilletons pendant la journée, en s'arrêtant de temps en temps pour vérifier leurs mails. La plupart, cependant, travaillent pour de vrai, sans être distrait par des réunions et des collègues bavards.
 
À l'avenir, de plus en plus de gens vont travailler en dehors du bureau (domicile, co working/ co lieux, etc). 
 
Pourtant, Daniel Cable de la London Business School constate que les entreprises continuent de récompenser le "présentéisme". Dans une étude publiée dans le MIT Sloan Management Review, il montre que les télétravailleurs sont moins susceptibles d'être promus que leurs collègues au bureau. Des personnes ont été invités à juger des scénarios dans lesquels la seule différence était de savoir si l'employé était à son bureau ou à la maison. Les managers considéraient ceux qui étaient au bureau comme plus fiable et travailleur... quelle que soit la qualité de leur travail!
 
La visibilité crée l'illusion de la valeur. Etre le dernier à quitter le bureau impressionne les chefs, même si le salarié est en fait en train de trainer sur Facebook.
 
Mais curieusement, cela est vrai dans les entreprises qui encouragent explicitement le personnel à travailler de la maison! M. câble étudié ces attitudes dans des startup californiennes oeuvrant dans la high tech. Beaucoup de ces entreprises demandaient aux employés de ne pas venir au bureau, mais bien souvent les managers inconsciemment pénalisaient ceux qui jouaient le jeu!
 
Les travailleurs à distance assimilent ces notions, et envoient parfois à leur responsable des rapports d'étape pour prouver qu'ils sont bien au travail. 20% des télétravailleurs dans l'étude ont admis envoyer un e-mail ou un message vocal tôt ou tard dans la journée pour montrer qu'ils étaient à la tache. Pourtant, beaucoup ne sont pas aussi malins qu'ils le pensent, car certains choisissent un lundi ou un vendredi pour travailler à la maison, contribuant au fait que d'autres pensent qu'ils ne cherchent qu'à prolonger leur week-end.
 
Les plus génées par cette culture du présentéisme sont les mères. Beaucoup de femmes (et certains hommes) travaillent de chez eux pour se laisser la possibilité d'aller les enfants a l'école. Cela ne doit pas dire qu'ils produisent moins, mais seulement qu'ils le font à un moment et un lieu de leur choix. 
 
--> article original de The Economist